Allergies à répétition ? Nos conseils pour être bien remboursé !

allergie.jpg

Selon les chiffres de l’association « Asthme et Allergies », près de 30% des français étaient allergiques en 2016, contre seulement 2 à 3% dans les années 70. Autrement dit, 18 millions de personnes souffrent aujourd’hui d'allergie en France, et avec l'évolution des modes de vie et de la pollution cette pathologie ne cesse d'augmenter. Pour preuve, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que la moitié de la population occidentale sera touchée à l'horizon 2050.

Désormais, depuis décembre 2016, l’allergologie est reconnue comme une spécialité médicale. A cette occasion, Mutuelle Conseil fait le point pour vous : Qu’est-ce que l’allergologie ? Les traitements contre l’allergie sont-ils remboursés, et si oui à quelle hauteur ?


Un remboursement pour les allergies ?

Avant toute chose, si vous pensez être allergique à votre environnement ou à certains aliments, vous devez consulter votre médecin traitant. C’est à ce moment qu’il sera en capacité de vous dire si vous devez réaliser des analyses, notamment auprès d’un allergologue.

Si votre médecin traitant vous conseille une consultation chez un allergologue, un diagnostic précis devra être établi pour savoir à quel type d’allergie vous êtes sujet. En fonction de vos symptômes et de leur gravité, il peut avoir recours à différents traitements : corticoïdes, homéopathie ou programme de désensibilisation, également appelé « immunothérapie spécifique ».

En passant par votre médecin traitant, ou par un médecin de secteur 1, la Sécurité sociale rembourse votre consultation chez l’allergologue à hauteur de 70% du tarif de convention. Votre complémentaire santé remboursera les 30% restant. En effet, les praticiens de secteur 1 ne pratiquent pas de dépassements d’honoraires et vous permettent donc de bénéficier de tarifs moins élevés.

Loading...

Loading...

En revanche, les allergologues de secteur 2 pratiquent des honoraires libres et les dépassements d’honoraires sont fréquents. Dans ce cas, la Sécurité sociale ne prendra pas en charge les dépassements de tarifs.

Nos conseils : Pour optimiser les remboursements de vos dépenses de santé, rendez-vous préalablement chez votre médecin traitant afin qu’il puisse vous prescrire une consultation chez un spécialiste. Sinon, préférez un médecin de secteur 1.

Par ailleurs, des médicaments classiques aux traitements homéopathiques, toutes les dépenses ne sont pas remboursées à la même hauteur, que ce soit par la Sécurité sociale ou par votre complémentaire santé.

Concernant les traitements médicamenteux classiques, la Sécurité sociale rembourse à hauteur de :

  • 100% pour les médicaments reconnus comme irremplaçables et coûteux
  • 65% pour les médicaments à service médical rendu majeur ou important
  • 30% pour les médicaments à service médical rendu modéré (homéopathie)
  • 15% pour les médicaments à service médical faible

Votre complémentaire santé vient en complément du remboursement de la Sécurité sociale. En conséquence, pour bénéficier d’un remboursement intégral de vos frais médicaux, il est essentiel de choisir une mutuelle santé adaptée à vos besoins.

Par exemple, certaines mutuelles peuvent prendre en charge les dépassements d’honoraires de votre allergologue (secteur 2). Les assureurs Malakoff Médéric, Amaguiz et Reunica proposent des forfaits de remboursement pour les allergologues à hauteur de 300% du tarif de convention (TC).

Nos conseils : Pour choisir la mutuelle la plus adaptée à vos besoins, tout en respectant votre budget, nous vous conseillons de comparer les différentes offres proposées par les mutuelles santé.
Comparez les mutuelles

Les allergies : c’est quoi ?

L’allergie est une réaction anormale du système immunitaire suite à un contact avec une ou plusieurs substances étrangères à l’organisme : les allergènes. Pour une majeure partie des individus, les allergènes sont inoffensives, mais pour certains ils provoquent des réactions de défense à l’origine des symptômes allergiques.

Des milliers d’allergènes peuvent provoquer des réactions allergiques. Parmi eux, on retrouve fréquemment :

  • les acariens, les pollens (allergènes inhalés)
  • les aliments comme le lait et les arachides (allergènes ingérés)
  • les plantes, les poils d’animaux (allergènes de contact)

L’allergie désormais reconnue comme une spécialité médicale

Jusqu’ici la formation en allergologie faisait l’objet d’un diplôme universitaire validé en fin d’études, en complément d’une autre spécialité. Cependant, pour améliorer l’accès aux soins, les ministères en charge de la santé et de l’éducation ont pris une mesure radicale : considérer l’allergologie comme une spécialité médicale à part entière.

Cette discipline est désormais intégrée dans la liste des pratiques médicales reconnues, au même titre que la gynécologie, la cardiologie, la neurologie et la psychiatrie. En conséquence, le gouvernement prévoit que 30 étudiants par promotion puissent choisir l’allergologie comme spécialité pour être formés au cours de l'année 2017-2018.

Publié le 29 décembre 2016 au Journal Officiel, cet arrêté a pour objectif premier d’accroître l’offre de traitements contre les allergies. Cette mesure a été saluée par le syndicat français des allergologues (Syfal), jugeant que c’est « une nécessité pour une pathologie qui touche aujourd’hui 18 millions de français ».

Publié le 06/02/2017
Partagez cet article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement