Stérilet : quels remboursements ?

Lorsque l’on parle de contraception féminine, on évoque généralement la pilule orale que l’on prend 21 jours par mois. Il existe pourtant d’autres formules de contraception, dont une à la fois efficace et très pratique : le stérilet. Appelé savamment DIU, ce Dispositif Intra-Utérin a parfois mauvaise réputation, même s’il tend à être de plus en plus utilisé. En quoi consiste un stérilet exactement ? Comment le pose-t-on ? Est-il remboursé ? Autant de questions auxquelles nous allons répondre pour vous.

Petite définition : qu’est-ce qu’un stérilet ?

Un stérilet est un petit objet de quelques centimètres, en forme de T, que vous portez dans l’utérus. Ce Dispositif Intra-Utérin (DIU) trouve sa place au carrefour de l’utérus et des trompes d’Eustache. Avec sa forme de petit parapluie, il assure une barrière contre les spermatozoïdes et les empêche de passer pour aller rencontrer l’ovule. Si un spermatozoïde malin venait malgré tout à pénétrer dans l’enceinte de l’ovule, le stérilet a pour mission d’empêcher la nidation par réaction chimique. Notez que vous continuez, le plus souvent, à ovuler mais que le stérilet rend impossible l’opération qui permet à l’œuf de se développer pour entraîner une grossesse. En effet, la membrane de l’utérus est rendue tellement fine qu’une nidation ne peut en avoir lieu.

Qui peut mettre un stérilet ?

Pendant longtemps, et encore aujourd’hui, certains médecins ont refusé d’installer un stérilet aux femmes qui n’ont jamais eu d’enfants. Il est dans la norme d’attendre d’avoir eu une première grossesse pour poser un stérilet. En réalité, il n’y a aucune règle, car il s’agit d’un très petit appareil qui se pose indifféremment chez les femmes nullipares et chez les multipares.

Pour ce faire, vous devez vous rendre chez votre médecin généraliste, votre gynécologue ou une sage-femme selon votre préférence. Avant la pose de l’appareil, votre médecin va procéder à une hystérométrie. Il s’agit de mesurer la profondeur de votre utérus afin de savoir quelle taille, courte ou standard, il va devoir utiliser.

Sachez que cette installation doit se faire lors de la première partie du cycle, le plus près de la fin des règles, afin d’éviter qu’une grossesse soit déjà en cours.

L’insertion ne prend que quelques secondes et elle n’est en général peu ou pas douloureuse. Des médicaments anti-douleur peuvent dans certains cas être utilisés en prévention. Une gêne peut en revanche survenir à la suite de la pose mais elle devrait disparaître rapidement.

Une fois l’acte terminé, vous serez tranquille pour plusieurs années : généralement pour 3, 5 à 10 ans selon les marques. Le plus important est de garder une hygiène intime irréprochable, afin d’éviter tout risque d’infection. Vous devrez consulter votre médecin une fois par an afin de vérifier que votre stérilet soit toujours correctement positionné.

Enfin pour l’enlever, n’essayez pas de le faire seule et prenez rendez-vous chez votre médecin. Cela devrait être encore plus facile que l’insertion. Par ailleurs, si vous souhaitez arrêter votre contraception pour mettre en route un bébé, vous serez à nouveau fertile dès le retrait du stérilet, et ce, sans délai.

Les différentes sortes de DIU

Il existe 2 sortes de dispositifs : le DIU au cuivre et le DIU hormonal.

- Le DIU hormonal est en plastique souple et contient de hormones qu’il va diffuser dans votre corps, au même titre que l’implant ou la pilule. Il réduit la durée et l’intensité des règles. Il se peut que vous cessiez d’ovuler mais ce n’est pas systématique. Sachez toutefois qu’il peut entraîner des saignements irréguliers ou des règles imprévisibles, une prise de poids ou une poussée d’acné au même titre que les contraceptions contenant des progestatifs.

- Le DIU au cuivre est lui aussi en plastique souple et contient du cuivre : c’est donc un contraceptif sans hormones qui respecte le cycle naturel. A l’inverse du DIU hormonal, il a parfois tendance à augmenter la durée et l’intensité des règles. La différence est toutefois rarement perceptible lorsque les règles sont courtes et peu abondantes. En revanche, il arrive que des femmes constatent une absence de règles. Tout cela est normal mais n’hésitez pas à en parler à votre médecin si vous êtes inquiète.

Dans tous les cas, qu’il s’agisse d’un DIU hormonal ou d’un DIU au cuivre, l’efficacité est de 99%. Grâce à ce joli score sécurisant, c’est le second moyen de contraception le plus utilisé par les femmes aujourd’hui.

Bon à savoir : il se peut que la présence d’un stérilet, au fond de votre utérus, devienne douloureuse après sa pose. Les douleurs se situent généralement dans la région pelvienne. Prenez rendez-vous avec votre médecin pour évoquer vos possibilités.

Le DIU et le remboursement

La pilule contraceptive étant très rarement remboursée, il est intéressant de se tourner vers le stérilet pour apprécier sa prise en charge par la Sécurité sociale. Un stérilet en cuivre coûte environ 30 euros, tandis qu’un DIU hormonal coûte plutôt 125 euros. Dans les deux cas, votre dispositif est remboursé comme un acte médical par la Sécurité sociale, c’est-à-dire à hauteur de 65%. Votre mutuelle prend ensuite à sa charge une partie ou la totalité du complément des frais engagés.

L’avantage est que vous n’avez plus à vous soucier d’un éventuel investissement supplémentaire puisque vous êtes tranquille pour au moins 3 ans. Les consultations de routine chez votre médecin vous seront ensuite remboursées comme d’habitude, à 65% également.

LLe stérilet, ou DIU, est un moyen de contraception simple, efficace et le plus souvent indolore. Vous êtes alors totalement libre sans être soumise à la nécessité de toujours penser à votre contraception à horaires réguliers. Remboursé, il devient alors un moyen de contraception très avantageux.


Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement