Santé – Baisse du taux de mort subite du nourrisson

Le ministère de la santé rappelle ses recommandations

Depuis la campagne lancée par le ministère de la Santé en 1994, et qui avait pour but de faire baisser le taux de mort subite du nourrisson, celui-ci a baissé de 76%

A partir des années 1990, Le nombre de décès a connu une régression significative en passant de 1000 décès chaque année à 240 décès par an.

Mais récemment, le ministère de la santé a rappelé ses recommandations, estimant qu'il faut fournir plus d’efforts dans ce sens.

Le directeur général de la Santé, Didier Houssin a souligné au cours d'une conférence de presse qu’une enquête de l'Institut de veille sanitaire, menée dans 17 départements dans la période allant de 2007 à 2009, "montre qu'on peut encore faire mieux".

L’état de santé de du nourrisson ne constitue pas un indicateur

Lors de cette enquête, 220 "morts inattendues" chez des bébés de moins de un an ont été observées dans ces départements.

Il s’agissait de décès que l’on ne pouvait pas prévoir en se référant à l'état de santé de l'enfant.

Juliette Bloch, pédiatre et épidémiologiste responsable de l'étude a indiqué qu’un tiers de ces décès était dû à des maladies mais aussi à des accidents liés au couchage, tandis que les causes des deux tiers restaient indéfinies. 

Toutefois, des facteurs de risques connus de mort subite du nourrisson pourraient bien expliquer ces décès classés inexpliqués.

Il s’agit notamment d'objets comme l’oreiller, la couette, le doudou...mis trop proches du visage du nourrisson lors du couchage.

 

Rédigé par F.Boumnadel

Publié le 24/03/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement