Déserts médicaux – Quelle combinaison permet de trouver une solution ?

50 % de médecins en moins à l’horizon 2025

Voilà une équation à plusieurs inconnues que l’Etat doit résoudre ?

Comment solutionner la réduction du déficit de la Sécurité sociale, assurer une couverture santé pour tous et garantir un accès aux soins sur l’ensemble du territoire ?

C’est en substance le défi auquel l’Etat doit s’atteler. Ces dernières années, alors que les finances de la Sécurité Sociale sont au rouge, le ministère de la Santé fait face à un phénomène inquiétant avec la désertification de médecins en milieu rural mais également en périphérie des grandes agglomérations.

On parle de près de 50 % de centres médicaux qui ont mis la clé sous le paillasson.

Selon des organisations syndicales de médecins généralistes, si rien n’est fait pour favoriser les conditions d’installation de professionnels de santé, il y aura moins de 23 000 généralistes en cabinet à l’horizon 2025, contre 56 000 aujourd’hui.

Plusieurs raisons expliquent cette réalité dont le fait que la médecine attire de moins en moins les étudiants.

Combiné aux départs en retraite d’une génération de médecins, on comprend mieux l’émergence de zones géographiques sinistrées en matière de présence…médicale.

Un médecin généraliste pour 2 700 patients

Alors que la moyenne nationale est d’environ 1 300 patients par médecin, le département de l’Eure, par exemple, compte plus de 2 700 patients par médecin.

Pour faire face à ce fléau, Xavier Bertand, ministre de la Santé, souhaite quadrupler le nombre de maisons de santé, d’ici la fin de l’année, pour lutter contre les déserts médicaux. Pour rappel, il y a environ 60 maisons de santé aujourd’hui et il s’agira d’en compter 240 fonctionnelles, fin 2011, implantées sur tout le territoire national.

 

Rédigé par F.Boumnadel

Publié le 09/05/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement