Le médicament sous haute surveillance en France

Les produits de santé dans le collimateur de la « police » sanitaire

Les répercussions de l’affaire Mediator sur la pharmacopée française sont loin d’être terminées. 7 mois après cette affaire qui a défrayé la chronique sanitaire française, c’est une réforme en profondeur de la pharmacovigilance qui devrait bientôt voir le jour. Tout le circuit du médicament a été revu de fond en comble. La mise sur le marché, la promotion des laboratoires,  les prescriptions des médecins et le retrait éventuel du médicalement, tout a été repensé dans le souci d’assurer la protection des malades. Depuis le mois de février dernier, six groupes de travail mis en place par les Assises du médicament ont ainsi planché sur ce dossier et une synthèse sera remise jeudi prochain, au ministre de la Santé.

Médicaments : révision de l’autorisation de mise sur le marché

Les rédacteurs de ces rapports ont notamment mis l’accent sur l’autorisation de mise sur le marché du médicament. Cette opération devrait être ainsi mieux encadrée et surtout ne pas être le fait uniquement de l’Agence française de la santé et des produits sanitaires (Afssaps).
Les experts qui travaillent à la fois pour les laboratoires et l’agence feront ainsi l’objet d’une surveillance particulière. De même, les visiteurs médicaux seront mieux encadrés, tout comme les prescriptions des médecins. Le ministre de la Santé a également promis de ne plus rembourser les médicaments dont les résultats seraient jugés insuffisants.

 

Rédigé par K.Dronet 

Publié le 22/06/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement