Remboursement des médecines douces : faites le bon choix !

Médecine douce

 

A l’occasion de la 34ème édition du salon « bien-être, médecines douces et thalasso », Mutuelle Conseil fait le point pour vous : les médecines douces, sont-elles prises en charge ? Et à quelle hauteur ?


La prise en charge des médecines douces

Par la Sécurité sociale

Toutes les médecines douces ne sont ne sont pas prises en compte de la même manière. La condition principale au remboursement d’une médecine alternative est la prescription du traitement par un médecin conventionné. En revanche, la consultation de thérapeutes non médecins n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

En résumé, si vous passez par un médecin conventionné, vous serez remboursé sur la base d’une consultation chez un médecin généraliste. Autrement dit, pour une consultation de 23€ chez un médecin de secteur 1, l’Assurance Maladie vous rembourse 15,10€.

Cependant, les médecins conventionnés peuvent exercer une activité généraliste, ou bien une activité de spécialiste (dermatologue, kinésithérapeute, etc.). Dans le second cas, votre consultation vous sera remboursée mais des dépassements honoraires peuvent être appliqués pour justifier de la spécialisation, qui eux ne seront pas remboursés par la Sécurité sociale. Lors de votre prise de rendez-vous chez votre médecin conventionné, nous vous conseillons de vérifier les tarifs exercés et les dépassements honoraires éventuellement appliqués.

Seules 4 pratiques thérapeutiques alternatives  sont reconnues et partiellement prises en charge par la Sécurité sociale, à condition d’être pratiquées par un médecin conventionné :

  • Homéopathie: les traitements par médicaments homéopathiques sont remboursés à 30%, seulement s’ils sont prescrits par un médecin.
  • Ostéopathie : la Sécurité sociale peut prendre en charge une consultation chez un ostéopathe, seulement si celui-ci est conventionné. Ainsi, votre consultation est remboursée sur la base du tarif de convention prévu pour un médecin généraliste, autrement dit, actuellement 70% de 23€ - 1€ de participation forfaitaire, soit au final 15,10€.
  • Acupuncture: elle peut être prise en charge seulement si elle est pratiquée par un médecin acupuncteur. Généralement, il s’agit d’un médecin généraliste ayant suivi une formation complémentaire reconnue par l’État.
  • Mésothérapie: la Sécurité sociale prend en charge la consultation et le traitement seulement si cette pratique vise à réduire des douleurs chez le patient. Cependant, tout traitement à visée esthétique ne sera pas remboursé.

Exemple de remboursement pour une consultation d’ostéopathie, chez un médecin conventionné, sur la base de 50€ :



Pour conclure, il est essentiel de s’attarder sur le choix de son praticien, puisqu’il sera la meilleure source d’informations concernant le remboursement de telle ou telle pratique.


Et les mutuelles ?

Les médecines douces sont considérées comme préventives, ou complémentaires à des traitements médicamenteux. C’est pourquoi, de plus en plus de mutuelles proposent désormais le remboursement des médecines douces, majoritairement sous la forme de forfaits pouvant varier de 70€ à plus de 250€ par an.

Effectivement, les mutuelles proposent généralement un forfait à l’année, avec un montant annuel de prise en charge pour certaines pratiques. Par ailleurs, certaines complémentaires ont aussi créé des forfaits spéciaux « médecines douces », auxquels on souscrit en plus de sa mutuelle classique. Dans les deux cas, ces forfaits font partie des contrats haut de gamme, d’où l’importance de bien étudier ses besoins.

L’assureur Malakoff Médéric propose par exemple une garantie « médecines douces » avec un remboursement à hauteur de 25€ par séance, tandis que La Mutuelle Générale propose un remboursement annuel à hauteur de 60€.

Il est donc essentiel de lister les différentes spécialités auxquelles ont aura recours durant l’année à venir, en spécifiant le nombre de séances nécessaires pour chacune de ces pratiques. Cette étape va permettre de déterminer le montant exact de la cotisation à verser auprès de la mutuelle de son choix, et de connaître le montant des remboursements dont on pourra bénéficier.

Pour choisir la mutuelle la plus adaptée à vos besoins, tout en respectant votre budget, nous vous conseillons de comparer les différentes offres proposées par les mutuelles santé.

Nos conseils : Les médecines douces ne sont pas toutes prises en charge de la même manière. Selon les mutuelles, la liste des spécialités prises en charges n’est pas la même.
Comparez les mutuelles

Les médecines douces : c’est quoi ?

Aussi appelées « médecines alternatives » ou « médecines non traditionnelles », les médecines douces utilisent uniquement des techniques naturelles, sans recours aux médicaments, en complément d’un traitement médicamenteux ou en soins préventifs.

En 2015, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recensait plus de 400 pratiques thérapeutiques dans la famille des médecines douces, et 6 115 médecins français déclaraient un titre ou une orientation de médecine alternative. Néanmoins, seules 4 d’entre elles sont officiellement reconnues et font l’objet de mentions autorisées sur les plaques et ordonnances par le Conseil de l’Orde : l’homéopathie, l’ostéopathie, l’acupuncture et la mésothérapie.

Ces nouvelles pratiques thérapeutiques font de plus en plus d’adeptes à la recherche d’une alternative aux traitements médicamenteux, et convaincus du bien-être que la médecine naturelle peut procurer. Pour preuve, d’après l’OMS, 56% des français ont eu recours à l’homéopathie en 2015, tandis qu’ils n’étaient de 15% dans les années 1980. De plus, près de 40% des patients français atteints d'une maladie grave ont recours à la médecine naturelle, en complément de leur traitement.

Néanmoins, le recours aux médecines douces peut parfois s’avérer très onéreux, car elles nécessitent de nombreuses consultations dont le prix est généralement élevé. En moyenne, une séance de thérapie alternative (homéopathie, ostéopathie, acupuncture) coûte entre 40 et 100€ selon la spécialité choisie et votre lieu d’habitation.

Nos conseils : 39% des recours en justice de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) concernent le domaine de la santé. Pour éviter de tomber sur une arnaque, le diagnostic d'un médecin reste donc indispensable.

Infos pratiques : le salon du bien-être et des médecines douces

Du 26 au 30 janvier 2017, la nouvelle édition du salon « bien-être, médecines douces et thalasso » s’installe au parc des expositions de la porte de Versailles, à Paris.

Ce salon spécialisé accueillera 320 exposants, professionnels et commerçants, autour de 6 grandes thématiques :

  • Tourisme de santé et bien-être
  • La santé au naturel
  • Forme et santé
  • L’épicerie au naturel
  • Art de vivre
  • Espace massages

Pendant 5 jours, vous pourrez assister à l’une des 20 conférences tenues par des médecins et thérapeutes sur des sujets de santé ancrés dans l’actualité (environnement, nutrition, sport). Vous pourrez aussi participer à l’un des 120 ateliers organisés pour vous aider à mieux comprendre les méthodes de soins employées par les professionnels.

Cet unique rendez-vous du bien-être et des médecines douces en France est un voyage entre les médecines traditionnelles du monde et la découverte de nouvelles méthodes pour vous ressourcer.

Publié le 24/01/2017
Partagez cet article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement