Santé – Le chien de garde pour prévenir le cancer

Formation spécifique pour détecter des parfums cancérigènes

Nul doute que nombreux sont ceux qui ignorent ce qu’est la sarcosine ?

C’est une molécule volatile dont l'existence indique la présence de certains cancers.

Qui dit molécule volatile dit possibilité de la sentir et donc de capter son odeur.

D'où l'idée de former des chiens pour détecter l’odeur, le parfum, de certains cancers.

On apprend que des signatures chimiques permettent, par exemple, d’identifier un cancer de la prostate.

Le flair des chiens est déjà largement utilisé pour détecter explosifs ou drogues.

Pour les médecins, il ne s'agit pas de se servir de ces animaux mais de mettre au point, grâce un simple test urinaire pour déceler précocement les cancers les plus dangereux.

Selon le Pr Olivier Berlinois, urologue cancérologue à Paris, «un berger malinois, formé par l'armée de l'Air française, est capable de renifler le cancer de la prostate». 

Un enjeu de santé publique

Avec 71 500 nouveaux cas et 8 790 décès en 2010, selon les estimations de l'INC (Institut du cancer), la recherche sur le cancer de la prostate représente un enjeu de santé publique.

Il faut savoir que le dépistage systématique que certains urologues conseillent aux hommes entre 50 et 75 ans fait l'objet de controverses, à cause d'un test contesté.

Si l'idée d'exploiter le flair des chiens pour détecter l'odeur du cancer peut paraître saugrenue, la médecine, elle, ne s'y est pas intéressée depuis.

En effet, en 1989, la revue médicale The Lancet rapportait des cas de chiens flairant une lésion cancéreuse de la peau.

Publié le 31/01/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement