Quand l’aspartame est sujet à débat

L’association internationale des édulcorants monte au créneau

Décidément, l’actualité médicale en ce début d’année 2011 et marquée par la «fiabilité» ou pas de certains médicaments commercialisés. 

Avec l’affaire du Médiator et la liste d’environ 10 médicaments qui pourraient se traduire par des effets indésirables, c’est au tour de l’aspartame d’être mis à l’index.

Selon les études menées par RES (Réseau environnements santé), des édulcorants chimiques, dont l'aspartame, seraient cancérigènes et pourraient provoquer des naissances prématurées. . 

Pour rappel, l'aspartame est présente dans plus de 6 000 produits, comme le chewing-gum ou les boissons gazeuses. 

Mais également dans plus de 500 produits pharmaceutiques

Selon les promoteurs des études, 200 millions de personnes en consommeraient régulièrement.  

On apprend que l'impact serait moindre pour les boissons non gazeuses. 

Impacts de l’aspartame sur des…rats

Selon des chercheurs, elles comporteraient 2 à 3 fois moins des deux édulcorants principaux (aspartame et acesulfame-K) que les boissons gazeuses. 

Une étude réalisée, fin 2010, par le chercheur italien Morando Soffritti, corrobore deux études antérieures sur les impacts de l'aspartame chez les rats.

Son étude démontrerait  que l'aspartame élève les risques de cancers du foie et du poumon chez 240 souris mâles.

L'Association internationale des édulcorants conteste vigoureusement la validité scientifique de ces deux études.

Publié le 18/01/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement