Euthanasie – Atmosphère houleuse et vote partagé au sénat

Démarche consensuelle pour un premier article de loi

«L’euthanasie est un sujet suffisamment grave et sensible, en débattre ce n’est pas comme débattre des compétences territoriales», indiquait un sénateur à la sortie de séance, mardi 25 janvier, tard dans la nuit.

En effet, la séance a repris à 22 heures pour débattre d’une proposition de loi sur «l’assistance médicalisée pour mourir».

Les sénateurs ont ainsi débattu pendant près de quatre heures.

Puis, à l’heure du vote, une majorité (170 pour et 142 contre) a supprimé l’ensemble des articles de ce texte.

Ce qui a pour incidence de mettre un terme à l’épisode qui se jouait depuis quelques années autour de la législation ou non d’une loi sur l’euthanasie.

Les sénateurs décidaient d’opter pour une démarche consensuelle et un premier texte était proposé.

Le droit à la vie inscrit dans la Constitution

«Toute personne capable majeure, en phase avancée ou terminale d’une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable, lui infligeant une souffrance physique ou psychique qui ne peut être apaisée ou qu’elle juge insupportable, peut demander à bénéficier d’une assistance médicalisée permettant, par un acte délibéré, une mort rapide et sans douleur».

Toutes les personnalités de la Haute Assemblée étaient là, à l’exception de Robert Badinter qui a pourtant une position originale sur la question, celui-ci mettant en avant le droit à la vie inscrit dans la Constitution.

Puis, les sénateurs ont voté, un vote relativement partagé.

Publié le 26/01/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement