1/4 des victimes d'infarctus bénéficient d'un parcours de soins

Le 15, un geste facile qui peut sauver une vie

Que faire lorsqu’on ressent une douleur intense à la poitrine ?

Il semble évident d’appeler immédiatement le 15 (Samu).

Et pourtant, ce n'est pas toujours «le» réflexe de nombreux français, si on en croit une récente enquête d'opinion pilotée par l’Institut Ipsos. 

En effet, selon les résultats de l’étude,  les Français ne sont que 30 % à citer spontanément le 15 comme premier secours à alerter.

Et on apprend également que  seulement un quart des personnes, qui présentent un infarctus, bénéficient d’un parcours de soin optimal.   

Il faut savoir que lorsqu’on on appelle le 15 pour une douleur à la poitrine, on est mis en relation avec un médecin qui assure un relais pour déterminer si l'envoi d'un véhicule de secours est nécessaire.

Ce dernier note les facteurs de risque de la personne qui sollicite le Samu.

En outre, si besoin est, un service mobile d'urgence et de réanimation (Smur) est envoyé au domicile.

Une fois l'équipe médicale sur place, les premiers traitements sont administrés afin de limiter les complications.

Le réflexe pour préserver le coeur

Comme, par exemple, un électrocardiogramme afin de déterminer si les artères doivent être débouchées ou non, et quel traitement effectuer.

Toujours selon l’enquête d’opinion, si une catégorie de personnes a le réflexe d'appeler son ou son généraliste cardiologue, il faut savoir que cela allongerait le délai de prise en charge.

Plus il y a d'acteurs, plus le taux de mortalité est élevé.

A contrario, plus ce délai est court, plus il y a de chance de  préserver le cœur.

Publié le 19/01/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement