Santé publique – L’ Afssaps tire la sonnette d’alarme

Médicaments : Primpéran et stylo injecteur du ViraféronPeg dans le collimateur

Après l’affaire du Mediator, qui aurait plus de 1500 victimes en France, les autorités françaises de la santé jettent aujourd’hui la suspicion sur deux produits phares de la médecine française : le Primpéran, un anti-vomitif, et le stylo injecteur du ViraféronPeg qui est utilisé dans le traitement de l’hépatite C. Tout d’abord, l'Agence française du médicament vient de décider que le Primpéran était un produit contre-indiqué chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans.

Pourtant, cela faisait déjà plus de 40 ans que le Primpéran était utilisé dans le traitement des nausées et les vomissements, notamment chez les jeunes enfants. La métoclopramide, qui est l’un des principes actifs du Primpéran, pour avoir des effets neurologiques. Cette métoclopramide pourrait donc faire l’objet d’une réévaluation notamment chez les personnes âgées.

Un stylo injecteur défectueux ?

Par ailleurs, l’Afssaps confirme aussi des dysfonctionnements du stylo injecteur qui est utilisé pour l’injection sous-cutanée du ViraféronPeg dans le traitement de l’hépatite C. L’agence demande aux patients de contacter leurs médecins. Un comité d’experts va être mis en place pour préciser les risques liés aux dysfonctionnements du stylo.

Dans l’immédiat, il est conseillé aux patients « de reprendre contact avec les professionnels de santé qui les surveillent pour qu’ils s’assurent avec eux de l’utilisation correcte de leur stylo injecteur et de l’efficacité de leur traitement ». Les conclusions d’une commission d’experts devraient être rendues publiques dans une dizaine de jours.

 

Rédigé par K.Dronet 

Publié le 17/02/2012
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement