La santé sexuelle des étudiants sous la loupe

Les résultats de l’enquête de l’Usem réalisée en 2009

l’Union nationale des mutuelles étudiantes régionales a interrogé plus de 10.000 étudiants sur leurs habitudes en matière de contraception ou de prévention contre les IST (Infections sexuellement transmissibles).

L’enquête révèle que 40% des étudiants renoncent à des soins pour des causes financières, dont 18,3% ont été obligé à renoncer à des soins de santé. 

Cette situation se répercute particulièrement sur les consultations gynécologiques, qui ont enregistré une baisse de 10 points dans la période 2007-2009.

En ce qui concerne les consultations des professionnels de santé entre ces deux années, l’Usem a constaté que la tendance était à la baisse. Ainsi, leur nombre est passé de 83,6% à 80,5%.

Les étudiants négligent leur santé

90% des étudiants interrogés choisissent le préservatif et la pilule.

Mais malgré le fait que ces personnes se disent bien informées sur ces sujets, en réalité, une étudiante sur trois a eu recours à la pilule du lendemain après un accident de préservatif (50%) ou un oubli de pilule (37%).

D’autre part, 3,3 des étudiantes ont déjà subi une IVG. Ce chiffre dépasse largement la moyenne nationale pour l’ensemble des femmes, qui est de 1,47%.

Autre réalité reflétée par cette étude, 68% des étudiants, tout sexe confondu, n’ont jamais réalisé de test de dépistage.

Enfin, 19,5% des étudiants et 10,3% des étudiantes ne pensent pas aux moyens de contraception lors d’un rapport sexuel.

Publié le 08/02/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement