Dépendance  Les mutuelles au chevet de la réforme

Aucune option écartée pour le financement de la réforme

A l’heure où la réforme de la dépendance est au centre des préoccupations du gouvernement dirigé par François Fillon, voilà qu’une information de taille a été distillée par le Chef de l’Etat.

En effet, Nicolas Sarkozy a souhaité se montrer rassurant sur le sujet particulièrement sensible du financement de la réforme.

S’il a écarté d’un revers de la main l’option de taxer davantage le travail, Nicolas Sarkozy n’a pas pour autant écarté la possibilité d’avoir recours au secteur privé.

Le président de la république a appelé toutes les parties concernées à examiner toutes les options possibles, et notamment celle de l'assurance, sans a priori idéologiques.

"L'idéologie n'a rien à faire dans une affaire de cette importance et de cette gravité", dit-il.

Rôle des mutuelles, compagnies d’assurance,…

Le Chef de l’Etat s’est interrogé sur le rôle que les mutuelles, les compagnies d'assurances et les organismes de prévoyance seraient appelés à remplir, face à l’adhésion de 5 millions de Français à une assurance dépendance.

Pour rappel, l'Etat a mobilisé 25 milliards d'euros en 2011 pour financer la réforme de la dépendance.

A  noter qu’au rayon des sources de financement «possibles», il y a le recours aux assurances privées, une ponction sur les héritages ou l'augmentation de la CSG.

Pour ce qui est de l’agenda fixé pour la réforme de la dépendance, les premières mesures seront incluses dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2011.

Publié le 09/02/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement