Après le Mediator, un nouveau scandale du médicament ?

Un anti-acné qui serait responsable de plusieurs suicides

A peine remis du choc provoqué par les révélations sur le Mediator, une nouvelle affaire de médicament vient d'éclater.

Cette fois, ce sont des médicaments destinés au traitement de l'acné juvénile qui sont sur le banc des accusés.

L'avocat Me Gilbert Collard aurait, selon le quotidien La Provence, assigné en justice les laboratoires Roche qui a fabriqué et commercialisé le Roaccutane et autres médicaments génériques anti-acné.

Une molécule responsable des suicides ?

Le Roaccutane et ses génériques contiennent une molécule, l'isotrétinoïne, qui serait responsable de nombreuses dépressions chez les jeunes adolescents.

Au total, ce sont une trentaine de cas de suicides qui ont été signalés après l'utilisation de ces médicaments, mais pour l'Agence de sécurité sanitaires des produits de santé, ces statistiques ne sont pas significatives.

Sous surveillance depuis 1995, ce médicament devrait toutefois faire l'objet d'un rapport dans le courant de l'année.

De son côté, Me Collard devrait commencer ses plaidoiries dès le mois de mars prochain.

Publié le 03/02/2011
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement