Santé – L’impact des habitudes nutritionnelles

Le danger est dans l'assiette

L'association Générations futures vient de publier une étude pour le moins inquiétante sur notre façon de manger ou de nourrir nos enfants.

Dans cette étude, on apprend ainsi qu'un enfant absorbe, dans une seule journée, 128 résidus chimiques qui proviennent de 81 substances différentes.

La moitié de ces substances pourraient être cancérigènes. Elles pourraient également fortement perturber le fonctionnement du système endocrinien.

Cette étude a été réalisée sur la base de trois repas et d'un en-cas composé de produits achetés dans des supermarchés de la région parisienne.

On a ainsi trouvé des traces d'un fongicide interdit en Europe dans des pommes importées du Brésil ou encore dans des haricots verts venant du Kenya.

Le saumon commercialisé en Europe contiendrait également 34 résidus chimiques.

L'eau et l'assiette en plastique qui sont réchauffées aux micro-ondes renfermeraient également des produits polluants.

Un véritable menu toxique

Même si chaque substance chimique prise individuellement ne dépasse pas les normes légales, leur accumulation dans l'organisme peut avoir, à long terme, des conséquences dramatiques sur la santé.

Manger biologique et peler la peau des fruits s'avèrent être des moyens efficaces pour limiter les risques d'absorption de ces produits chimiques.

Mais l'interdiction de l'usage des pesticides et l'utilisation des matières plastiques dans l'alimentation sont aujourd'hui recommandés par les associations qui oeuvrent pour la protection de l'environnement et celles qui luttent contre le développement du cancer.      

Publié le 06/12/2010
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement