Des médicaments contestés disponibles à la vente

Des médicaments passés au crible

Le scandale du Mediator a mis sur «orbite» la revue médicale indépendante, Prescrire.

Financée par 29 000 abonnés, la rédaction a analysé tous les médicaments vendus en France.

Ils ont passé au crible, pour chaque molécule, l'ensemble des études cliniques, des articles scientifiques et des informations disponibles. 

Une liste de médicaments a été soumise à l'avis du Pr Jean-Paul Giroud, pharmacologue, membre de l'Académie nationale de médecine, qui n’aurait aucun lien avec des laboratoires.

Au moment où Pfizer a retiré son remède contre l'hypertension artérielle pulmonaire, Thelin, on découvre une liste de dix médicaments contestables, qui ne devraient pas être sur le marché.

Y compris leurs versions génériques.  

Le diabète de type 2 est une maladie de société aux complications graves. Les glitazones, une nouvelle famille de molécules, augmenterait la sensibilité des patients à l'insuline.

Ces médicaments à Effets indésirables graves

Mais la liste de leurs effets indésirables graves ne cesse de s'allonger: oedèmes maculaires, fractures osseuses femmes), insuffisances cardiaques.

Le 3 novembre 2010, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé a annoncé le retrait de l'Avandia (GlaxoSmithKline).

En dépit d'une efficacité jugée «faible» par la Haute Autorité de santé et de risques accrus de cancers de la vessie, Actos est toujours remboursé à 65%. 

Contacté, le fabricant, Takeda, indique que «Actos appartient à la même classe pharmacologique qu'Avandia, mais il n'a pas les mêmes indications et présente des effets différents».

Takeda porte actuellement son soutien à deux études dont l'objectif est de mesurer la relation entre Actos et le cancer de la vessie.

Publié le 15/12/2010
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement