3% des accidents de la route «causés» par la prise de médicaments

1ère étude du genre menée par la Caisse nationale d’Assurance maladie

Selon une étude réalisée par la Caisse nationale d’Assurance maladie des travailleurs salariés, l’Institut national de Recherche sur les transports et leur sécurité, l’AFSSAPS et l’Institut national de la Santé et de la recherche médicale, 3 % des accidents de la route ont été provoqués par des médicaments.

Plus de 70 000 conducteurs impliqués dans un accident corporel entre 2005 et 2008 ont participé à cette étude, la première du genre.

Cette démarche  a permis de faire une comparaison de consommation des médicaments entre conducteurs non responsables d’accidents et conducteurs responsables.

Troubles, somnolence,…

Selon les promoteurs de l’étude, des impacts sur la capacité à conduire peuvent se faire sentir après la prise de certains médicaments provoquant le plus fréquemment troubles de la coordination ou de la vue, somnolence mais aussi vertiges ou encore modification du comportement.

Que faut-il retenir de cette enquête qualitative ?

Tout d’abord que le risque d’accident de la route est plus important  si le nombre de médicaments de niveau 2 ou 3  sont consommés.

Qu’avec la prise de médicaments comportant un pictogramme de niveau 2 ou 3 (1), le risque d’être responsable d’un accident est substantiellement augmenté.

En effet, ces médicaments comportent des antidépresseurs, des antiépileptiques, des hypnotiques et des anxiolytiques.

(1) Les  pictogrammes orange (niveau 2) ou rouge (niveau 3) désignent les médicaments les plus dangereux pour la conduite.

Publié le 15/12/2010
Partagez cette article

Comparez les mutuelles pour économiser, c'est GRATUIT

  • Devis en ligne en 2 min
  • Comparatif complet
  • Gratuit et sans engagement